L'Equateur, la moitié du monde

L’Equateur, la moitié du monde

Bonjour les petits et grands enfants !

Depuis le début du mois de février nous sommes dans un nouveau pays : l’Equateur !

Pour arriver en Equateur nous avons passé notre première frontière terrestre et à vélo en Amérique du Sud ! La frontière est la ligne qui sépare deux pays. Passer la frontière ce n’est pas très compliqué, mais c’est quand même un peu différent de l’Europe où l’on peut circuler librement et passer les frontières sans s’en rendre compte et souvent sans changer de monnaie ! Ici il y a beaucoup de policiers qui contrôlent et qui surveillent, il faut montrer son passeport, expliquer pourquoi on veut visiter ce nouveau pays, faire des grands sourires pour montrer que nous ne sommes pas méchants. Ensuite nous avons droit à un beau tampon dans notre passeport et nous pouvons continuer notre route ! En Equateur la langue officielle est toujours l’espagnol, même si de nombreuses communautés indigènes ont leur propre langue, en particulier le Kichwa (Quechua). Par contre nous avons changé de monnaie, ici c’est le dollar, comme aux Etats-Unis !

La moitié du monde

Est-ce que vous savez pourquoi ce pays s’appelle Equateur ?

Il a pris le nom de la célèbre ligne imaginaire qui sépare l’hémisphère nord et l’hémisphère sud qui s’appelle l’équateur et qui coupe le globe terrestre en deux parties, sur cette ligne la latitude est égale à 0°. De nombreuses recherches scientifiques à ce sujet ont été menées dans ce pays car grâce aux hautes montagnes il était plus facile de prendre des mesures de références.
Nous avons donc traversé cette ligne imaginaire pour passer de l’hémisphère nord à l’hémisphère sud (que nous ne connaissions pas jusqu’à présent) et traversé ce que l’on appelle ici « la moitié du monde ». Alors selon vous quels sont les changements que nous allons pouvoir observer depuis l’hémisphère sud ?

- Les saisons sont inversées : pour l’instant au niveau de l’équateur le climat est plutôt tempéré et tropical on parle de saison sèche et de saison des pluies, mais plus nous allons nous diriger vers le sud plus les saisons vont être inversées par rapport à l’hémisphère nord. Par exemple quand nous serons en Argentine en décembre, ce sera l’été pour nous et l’hiver pour vous !
- Les étoiles : depuis l’équateur il est théoriquement possible de voir toutes les constellations de la voûte céleste. Par contre en descendant vers le sud nous ne verrons plus la Grande Ourse par exemple et nous verrons apparaître de nouvelles constellations comme la Croix du Sud invisibles sous nos latitudes françaises.
- Et des phénomènes physiques ? On dit que certains phénomènes s’inversent également en passant dans l’hémisphère sud, comme par exemple le sens de rotation de l’eau qui s’écoule dans le siphon du lavabo ou le sens des tornades, cela serait dû à l’accélération de la force de Coriolis.

Quito la capitale coloniale

La capitale de l’Equateur est Quito, une grande ville de plus de 2 millions d’habitants. Comme Bogotá la capitale de la Colombie, Quito est située en altitude à 2 800 mètres au-dessus du niveau de la mer. La ville est surplombée par un immense volcan toujours en activité : le Pichincha, dont la dernière éruption date de 1999. Quito est une ville dite « coloniale » car elle a été construite par les colons espagnols qui se sont installés en 1534, en réalité d’autres civilisations occupaient déjà la zone bien avant les Espagnols comme les Incas qui sont les plus connus. Quito est l’une des plus anciennes villes d’Amérique du Sud, elle témoigne encore de son passé colonial notamment dans son centre historique : un tracé rectangulaire, une grande place centrale (la Plaza Grande), de nombreuses églises, des jardins fleuris, des rues en pente bordées de maisons blanches, basses, avec de grands patios arborés.

Nous avons également pu profiter du défilé du Carnaval. Ici pour le Carnaval, peu de gens se déguisent, par contre l’attraction principale est de se lancer des seaux d’eau ou de s’asperger de mousse et c’est très difficile d’être épargnés !

Au pays des volcans

L’Equateur est un petit pays, il est même deux fois plus petit que la France ! Par contre c’est un pays très riche et très diversifié en matière de paysages, et possède une riche biodiversité. On y trouve trois types de paysages bien distincts :

- le bord de mer sur la côte Pacifique et l’archipel des îles Galapagos formé par d’anciens volcans et connu pour la richesse de sa faune terrestre et marine (iguanes, otaries, tortues…),
- les montagnes des Andes et ses volcans qui traversent le pays du nord au sud - la Sierra,
- la forêt amazonienne qui couvre presque la moitié du pays et qui renferme une riche biodiversité – la Selva.

Pour l’instant nous avons surtout exploré la partie de la montagne et des volcans. Ici, il y a des volcans à perte de vue avec de nombreux sommets enneigés. Nous avons visité plusieurs volcans, comme le Pululahua dont le cratère est aujourd’hui habité et cultivé ! Nous sommes montés en haut du Cotopaxi, le plus haut volcan en activité du monde ! C’est un très beau volcan recouvert de neige qui culmine à 5 897 m exactement ! Nous avons mis 7h pour arriver en haut, c’était dur car en altitude il y a moins d’oxygène et le corps se fatigue plus vite, mais ça valait le coup car le paysage était magnifique et cette fois-ci nous pouvons vous montrer le cratère du volcan !

Ici la vidéo au sommet du Cotopaxi :

Dans la montagne nous avons aussi croisé des lamas et des alpagas, les paysans s’en servent comme les chevaux pour transporter leurs chargements et les aider dans les travaux agricoles. Ici les paysans cultivent les terres à la force de leurs bras, pas de tracteurs pour labourer ni de machines pour les aider à récolter. Dans la montagne il y a principalement des cultures de pommes de terre, de maïs et d’oignons et ce sont souvent les femmes qui travaillent dans les champs !

Aujourd’hui nous partons vers la forêt amazonienne, le climat change et devient de plus en plus humide et chaud.

A très bientôt pour de nouvelles aventures !